La frappe de la diaspora gabonaise - Times Gabon

La frappe de la diaspora gabonaise

by Alexandre Mônô Laisser une réponse 2

diaspora-gabonaise
Certains gabonais de l’étranger ne peuvent plus revenir au pays. Ils se sont rendus coupables de forfaitures vis-à-vis d’honnêtes citoyens gabonais restés au pays. En effet, certains gabonais expatriés à l’étranger se passent souvent pour des importateurs de véhicules et prennent de l’argent ici au pays sur la promesse de revenir avec des véhicules. Sauf qu’une fois arrivés aux USA, en France, ces derniers disparaissent avec l’argent dérobé généralement à des femmes incapables de les poursuivre dans le pays dans lequel ils se trouvent.

Ceux qui ont donné leur argent à ses vendeurs d’illusions ont la colère longue et attendent les pseudo-importateurs de véhicules au pays parfois pendant des dizaines d’ années. Comme le Gabon est un pays qui est attachant, on le critique mais on l’aime toujours, les pseudo-importateurs reviennent toujours. Et là les problèmes commencent. Ils sont mis aux arrêts par ceux qui espéraient recevoir des véhicules et la plupart du temps puisque ces voleurs sont entre temps devenus des activistes politiques, quand ils sont arrêtés, on crie à l’arrestation politique.

Je tiens à le dire, la plupart de ceux qui se passent pour des cyber-activistes aux USA ou en France sont aussi des bandits de grand chemin. Suivez mon regard, certains ont été ces dernières années appréhendés dès leur retour au pays, ce n’était pas pour leurs opinions politiques mais pour banditisme et contrat non exécuté. Ce n’est pas fini les gars, revenez au pays et remboursez l’argent des vieilles dames. Si c’est pas fait, la justice s’en chargera et sans famille vous accueillera et vous savez que là bas, c’est pas la joie.

timesgabon android

Comments (2)

  1. Et c’est ceux la qui font le bruit dans la diaspora. Des vendeurs d’illusion, et ils reprochent Ali.

  2. A la lecture du titre de l’article je savais que les activistes étaient visés. Et bingo, ça n’a pas râté ! Vous avez toujours les mêmes façons de penser et d’agir au Gabon. 50 ans de goutte-à-goutte du système PDG a fini par trouer votre cerveau, mais vous ne le savez pas. Chaque jour que le bon Dieu fait, la cible du pouvoir n’est pas la misère mais l’opposition, comment la faire taire afin de profiter tranquilement. Les journaux ont fini par adopter la même posture pour rentrer dans les grâces du régime et bénéficier de quelques miettes. Je suis Ivoirien et je découvre. Avant tout développement il faut redresser les mentalités. Et pour redresser vos mentalités, malheureusement ça risque de prendre du temps, beaucoup de temps. Parce que l’usure est profonde. Mais c’est ça ou alors couler collectivement. Courage à ceux et celles qui essaient de redresser les choses !

Comments are closed.