La tête des femmes..."la peau des fesses des hommes". - Times Gabon

La tête des femmes…”la peau des fesses des hommes”.

by Danny Ledur Laisser une réponse 5

femmes-gabonease
Fort de ta “PIP”, tu décides de courtiser la belle gabonaise assise, seule au fond du snack…stop! Évaluons ce que peut te coûter ce projet comme investissement pour les mois à venir. Prenons juste le coût de la coiffure.

Les étapes de la dépense:

1) L’achat du “produit”

Elle doit traiter ses cheveux, les nettoyer avec de l’huile d’olive et du shampoing. Fini le “TCB bande bleu” du boutiquier, les différents produits coûtent désormais entre 5 et 10 milles francs, chez le “Libanais”.

2) Le nettoyage de la tête

Si elle le fait elle-même, gloire à Dieu! Sinon, c’est chez la coiffeuse. Et la main d’oeuvre varie entre cinq et neuf milles francs, selon le lieu.

3) Achat de la parure

Il y a plusieurs types de parure (mèches, tissages, postiches…) selon la clientèle. Il y a la synthétique ordinaire (ce que mettent les filles du quartier, 15 milles francs), la synthétique améliorée (pour l’étudiante boursière, 25 à 30 milles francs), la brésilienne ( pour la maîtresse métisse et l’étudiante du directeur général, 30 à 60 milles francs), l’indienne (pour la secrétaire qui accompagne le ministre dans toutes ses missions, 80 à 100 milles). Les femmes cheffes d’entreprises, célibataires, hauts cadres ou épouses, premières maîtresses du ministre mettent la Péruvienne (hors de prix). A ce niveau, tu réfléchis.

4) La main d’oeuvre de la coiffeuse

Finis les “je vais chez ma soeur me faire tresser.” Toute les femmes vont chez la coiffeuse. Là encore, tout dépend du niveau de considération personnel de ta cible. La petite du quartier, l’étudiante et peut-être la maîtresse du “DG” iront à la gare routière se faire traiter. Mais, pour la maîtresse du ministre, la cheffe d’entreprise etc, c’est au salon, aux petits soins que ça se passe. La main d’oeuvre des premières : 5 à 10 milles. Pour les autres, c’est plus.

Alors si ta conquête est une célibataire fashion qui sort avec le ministre, ouvre l'”appli” calculatrice et tape. Cette opération se fait tous les mois. En gros, “Ombalo”, laisse tomber.

timesgabon android

Comments (5)

  1. On mérite le plus beau

  2. Voilà pourquoi je préfère les gabonaise qui n’en porte pas d’ailleurs je demande parfois à celle qui en porte dessaie la coiffure boule zéro je vois assure ça passe très bien avec la femme gabonaise.

  3. Ah les femmes qu’est-ce que nous seront sans elles qu’est ce qu’on ne fera pas pour elle. Elles sont notre mal nécessaire.

  4. La femme c’est un budget surtout quand elle ne t’aime pas et est juste la pour ses intérêt . Mais que je sache ,chaque pied à sa pointure

  5. Comme quoi.il faut miser pour être belle et satisfaite

Comments are closed.