Déstabilisation programmée : Bourgi, gouverneur du Gabon ? - Times Gabon

Déstabilisation programmée : Bourgi, gouverneur du Gabon ?

by Freddy Mughele Laisser une réponse 1

Robert-Bourgi
Le sulfureux avocat parisien, Me Robert Bourgi, ne sait pas que le temps des colonies et des comptoirs d’esclaves est révolu depuis longtemps. Mieux, que la Françafrique qui a fait sa réputation de porteur de mallettes dans plusieurs palais présidentiels africains, ça aussi, c’est du passé, ce Bourgi n’entend point désarmer. Il tient encore et toujours à penser que les Gabonais et leurs dirigeants sont des grands enfants qu’il peut encore materner. C’est le sens de sa hargne à vouloir croire que le sort du Gabon est entre ses sales mains de barbouzes mal brossées. La bouche en forme de cul de poule, il écume les plateaux de télévisions hexagonales et de quelques colonnes des journaux séditieux qui mangent dans sa main, il fait croire au monde entier que c’est par lui que le Gabon ne peut que devoir sa stabilité ou sa paix.

Pour ce faire, après avoir embrigadé et rassuré sa bande d’amis grabataires de l’opposition-PDG, depuis l’annonce des résultats provisoires de l’élection présidentielle du samedi 27/8 dernier, proclamant vainqueur Ali Bongo Ondimba, ce Bourgi se prend désormais pour le gouverneur du Gabon. Jusqu’à menacer les dirigeants et responsables d’institutions constitutionnelles, comme si c’est lui qui les avait établis. Tout simplement, parce qu’il entend que ses pantins de l’opposition lui soient éternellement redevables au cas où ils parvenaient au pouvoir. C’est le sens donc à donner à ses rodomontades des caniveaux que cet énergumène de Robert Bourgi renvoie dans l’opinion nationale et internationale. Et ses laquais nègres qui ne jurent que par lui, sont aux anges.

Les sorties sporadiques et infructueuses de ce Bourgi sont à juste compréhensibles : le Gabon qu’il croyait être sa vache laitière, parce que transporteur des mallettes à l’époque. Malheureusement pour lui, l’actuel chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba n’a pas voulu succomber à ses flatteries, et n’entend pas moins se laisser dicter sa conduite. Bien au contraire, concernant la bâtarde Françafrique, dans le for intérieur d’Ali Bongo Ondimba, sa messe de requiem a été dite depuis longtemps. Et les flibustiers de la trempe de Robert Bourgi, envoyés à aller paître ailleurs.

Bourgi est peut-être le conseiller du «président de la République de Facebook» (Jean Ping), mais ses diarrhées verbales ici et là n’influenceront en rien la marche du Gabon, sous Ali Bongo Ondimba.

timesgabon android

Comments (1)

  1. Il s’agite parce qu’il n’a pu rien faire avec tout l’argent mal acquis qu’il a malhonnêtement eu. De l’argent facile. Faut maintenant payer l’eau, le courant, la bouffe avec l’argent des mallettes de la France ha ha ha. A mana onero ha ha haha. Votre plan le monde a vu ca.

Comments are closed.