Congrès du PDG: Ces anciens camarades qui ont suivi l'événement à la télé - Times Gabon

Congrès du PDG: Ces anciens camarades qui ont suivi l’événement à la télé

by Danny Ledur Laisser une réponse 4

Opposition-Gabonease
Ce qui est sûr, c’est qu’ils sont nombreux, les anciens camarades, anciens membres du Parti Démocratique Gabonais (PDG), aujourd’hui dans l’opposition à avoir suivi pieusement le congrès du Parti à la télévision. À ceux-là, d’un humour amical, l’homme de la situation a fait un clin d’œil durant son allocution de circonstance.

En fait, c’est quasiment scientifique. Lorsqu’une personne a passé la majeure partie de sa vie au sein d’une organisation, en l’espèce le PDG, il lui est difficile de se défaire des habitudes et traditions et encore moins, de s’en désintéresser complètement. Au contraire, celle-ci, quoique demissionnaire du fait des frustrations engendrées par les réformes du système et la rupture des avantages indûment perçus reste naturellement attachée à cette structure. La honte dominant, elle ne peut faire marche arrière. Alors, elle vit les activités de l’organisation via des relais et médias.

Il découle de cette analyse psychologique que, ne pouvant se rendre au congrès de peur de se faire huer aussi bien par les militants du grand parti que ceux des partis de l’opposition, plusieurs opposants, anciens hiérarques du parti ont été discrètement très câblés. TéléAfrica, Facebook, Tweeter, WhatsApp, SMS, espions et allers-retours en véhicules sur le boulevard face au Jardin Botanique, tous les moyens ont été utilisés. Tous les moyens pouvant satisfaire le besoin de vivre les émotions fortes du “12 mars”, surtout pour ceux chassés à la veille de l’événement.

Cette forte volonté de vivre ce grand événement, cumulée à une volonté de nuire, laisse libre cours à tous les fantasmes. Ce sont par exemple les “ba” ABC, Ping, Myboto, Eyeghé Ndong et autres Menga qui disent: “Telle chaise est vide”, “tel militant important ne sera pas”, ” tel va démissionner”, “telle militante ne danse plus bien comme avant” et patati et patata. Une façon pour eux de se consoler du fait de ne pas vivre le show en live. C’est à juste titre que le candidat investi dira pendant son discours, d’un air un peu moqueur: “Ils nous regardent à la télé.”

Mais comme toujours, Ali Bongo Ondimba a tendu la main. On a pu écouter : “Dites-leur, chers congressistes. Il n’ont pas à avoir honte. Ils peuvent revenir.” Une invite qui semble-t-il, n’est pas tombée dans des oreilles de sourds, puisque des courageux ont rédigé des lettres de demande de ré-adhésion. Comme pour dire que malgré les départs, les anciens sont toujours fortement attachés au rouleau compresseur . Difficile de s’en détacher.

timesgabon android

Comments (4)

  1. Changeons ensemble pour que notre pays soit meilleur

  2. Ils ont peur, ils pensaient que leurs départs pèseraient

  3. Que c’est pathétique tous sa.je sens du regret dans tout sa. Ancien camarade devenu aujourd’hui ennemi . Ils doivent passée des nuit blanche . Mais svp changeons ensemble

  4. Mais vous avez un niveau de réflexion bat. Même dans les pays développé on s’intéresse aux activitées de son où ses adversaires. Nous ne sommes pas des ennemis mais ne partageons pas et n’avons pas la même vision.Qu’est ce qui a eu d’extraordinaire ? Vous vs attardez sur des futilités.

Comments are closed.