Jean Ping, dans les couloirs de la Haute Trahison - Times Gabon

Jean Ping, dans les couloirs de la Haute Trahison

by Danny Ledur Laisser une réponse 2

jean-ping
Il est de toute évidence qu’en envisageant de prêter serment illégalement, de s’autoproclamer président de la République, et de former une équipe gouvernementale insurrectionnelle ce samedi 15 Octobre 2016, Jean Ping, les membres de son équipe et ceux qui les y encouragent et soutiennent se livrent à une violation flagrante et grave des dispositions constitutionnelles du Gabon.

Cette violation des dispositions hautement sacrées de la Republique constitue un crime de haute trahison puni par la loi. Ainsi, conséquemment à la démarche hors la loi qui est la sienne, il ne devra être étonnant pour personne que Jean Ping encourent les sanctions et les peines prévues dont sa traduction devant les tribunaux compétents, la dissolution possible du parti politique qui lui a investi, ainsi que la radiation de la Fonction publique des agents de l’État impliqués.

Il est important de rappeler qu’ une prestation de serment illégale est sanctionnée dans d’ autres pays. En Italie par exemple, l’article 270 du code pénal puni la prestation de serment illégale de 5 à 10 ans d’emprisonnement. En Allemagne, selon la section 89a du texte dédié, ce crime est puni de 10 ans d’emprisonnement. La Grande Bretagne applique la perpétuité (1351 du code pénal). En France, c’est l’article 421-1 du même texte qui condamne au paiement de 450 000 euros d’amende et à 30 ans d’emprisonnement. Tandis qu’au États-Unis, l’article 3, au paragraphe 2383 va jusqu’à 10 ans d’emprisonnement. C’est donc dire combien le fait est grave et durement réprimé partout dans le monde. Jean Ping n’a qu’à bien se tenir.

timesgabon android

Comments (2)

  1. Vous avez oublié de préciser que des les VRAIS PAYS DEMOCRATIQUES que vous cités,
    – un président n’est pas élu à plus de 95 des suffrages dans sa région
    – une région n’atteint pas les 100% du taux de participation
    – le président candidat ne tire pas sur la population désarmée
    – le président candidat n’emprisonne pas la population qui manifeste son mécontentement
    – la haute instance judiciaire, la cour constitutionnelle, ne laisserai passer un score de plus de 95% des suffrages
    – la cour constitutionnelle n’annulerait pas les resultats de certains bureau de vote sans demander aux populations de retourner aux urnes
    ….

    Tous ces éléments font de votre président élu pas comme on l’entend un président hors la loi.

    JEAN PING PRESIDENT
    C’est dosé !!!

  2. Ce que malheureusement votre article ne mentionne point, c’est ce qu’encoure un président effectivement battu dans vos exemples de pays et que les institutions proclament comme le vainqueur. En d’autres termes, perdre une élection présidentielle et être déclaré vainqueur en France, Italie, États Unis. .?

Comments are closed.